Cela ne tient qu’à un fil

C’est très fragile, précaire.

Expression française dont la forme initiale serait « sa vie ne tient qu’à un file ». Elle puiserait ses origines dans la mythologie romaine et ferait référence aux Parques qui étaient des divinités maîtresses de la destinée humaine.
En effet, ces Tria Fata ou 3 destinées étaient des sœurs qui avaient un droit de naissance ou de mort sur tous les mortels. La plus jeune, Clotho ou la fileuse, représentée avec une quenouille qui avait pour don de tenir le fil des destinées humaines ? La deuxième prénommée Lachésis ou le sort avait pour tâche de placer le fil sur le fuseau et enfin Atropos l’inévitable qui était la sœur ainée avait le rôle principal à savoir celui de couper le fil de la vie quand bon lui semblait. Bien sur les terriens ne pouvaient en aucun cas connaitre leur destinée telle qu’elle était réservée par les sœurs Parques.

Avec Sylvie Noël, musicienne électronique,  et Celine Lamanda, flutiste,  ce mois de mai on se trouvé dans le jardin de Catherine, logées dans sa  Ville de Plaisance à Sait Marc entre la mer et la terre. Cet ambiance paradisiaque nous port loin dans nos pensée et imagination et il nous sort  vers le horizon qui se allonge face nous.

Voilà quelques instants captés par les yeux affilés de Ti Yann Fevrier et SyEym. Enormément merci à vous deux et vos spontanéité de garder ce moment si précieuse pour nous.

Merci à Catherine et vous tous pour vos générosité et vos présences si délicieuses. Merci pour les sardines!



French expression whose initial form would be “his life is only one thread”. It would have its origins in Roman mythology and would refer to the Parques who were the master deities of human destiny.
Indeed, these Tria Fata or 3 destinies were sisters who had a right of birth or death on all mortals. The youngest, Clotho or the spinner, represented with a distaff that had the gift of keeping the thread of human destinies? The second named Lachésis where the spell had the task of placing the thread on the spindle and finally Atropos the inevitable who was the elder sister had the main role to know that to cut the thread of the life whenever it seemed to him. Of course the landowners could not know their destiny as it was reserved by the Parques sisters.

With Sylvie Noel, electronic musician, and Celine Lamanda, flutist, this month of May we found ourselves in Catherine’s garden. We were staying in her Ville de Plaisance in Sait Marc. This paradisiacal atmosphere carries us far in our thought and imagination and it leaves us towards the horizon which lies in front of us.
Here are some moments captured by the sharp eyes of Ti Yann Fevrier and SyEym. Many thanks to you both and your spontaneity to keep this moment so precious to us.
Thank you to Catherine and all of you for your generosity and your presence so delicious.









This entry was posted in razno. Bookmark the permalink.

Comments are closed.